Entreprise

Quelle est la somme maximale pour payer en espèces ?

L’utilisation de l’argent liquide est en baisse. Néanmoins, 20 % des consommateurs préfèrent encore payer en espèces. Cela devrait également rester le cas. Toute personne qui le souhaite devrait pouvoir utiliser des espèces. En raison du déclin de l’utilisation, les coûts par transaction augmentent. L’accès à l’argent liquide est sous pression et plafonné à un certain montant. Déterminons ensemble le montant que vous pouvez payer en espèces pour vos achats.

Combien d’argent pouvez-vous payer pour un achat ?

Depuis le 11 juillet, il est interdit de payer au comptant pour les transactions de 1 000 euros ou plus. La lutte contre la fraude fiscale est menée sur plusieurs fronts. L’un d’eux est la promotion des virements bancaires et des paiements par carte de crédit au détriment des espèces.

A lire également : Comment trouver des fonds pour votre entreprise

C’est pourquoi, ces dernières années, le montant maximal pouvant être : payé en espèces a été réduit. La loi 11/2021, interdit le paiement en espèces des transactions de 1 000 euros ou plus, ou de leur équivalent en devises étrangères. Jusqu’à présent, la limite était : fixée à 2 500 euros.

La nouvelle limite concerne les paiements dans lesquels l’une des parties agit en tant qu’entreprise ou professionnel. Ce montant passe à 10 000 euros si le payeur est une personne physique domiciliée fiscalement hors de France. De plus, il ne doit pas agir en tant qu’entreprise ou professionnel.

A lire également : Les meilleures approches pour gérer les risques financiers des entreprises

Cas de contournement de la loi

Un détail important est que la limitation s’applique à la transaction, et non au paiement en espèces lui-même. Par exemple, si dans un paiement de 1 100 euros 200 sont : versés en espèces, la règle serait violée. La Banque de France précise que cette limitation ne s’applique pas à certains paiements et dépôts particuliers. Il s’agit des dépôts effectués dans « les établissements de crédit, les établissements de paiement. De même que les opérations de change effectuées dans des établissements de change ouverts au public.

La facturation ne peut pas être : fractionnée de manière que le montant ne dépasse jamais mille euros. En effet, même lors de la prestation d’un service professionnel qui nécessite plusieurs factures. Par exemple, lorsque différentes livraisons de matériaux sont : prévues. Il faut additionner chacune d’entre elles pour vérifier si l’ensemble dépasse ou non le maximum légal établi.

L’échéance des factures n’est pas importante. Ce qui est : pris en compte, c’est si elles peuvent ou non être : encadrées dans le cadre d’un même travail. L’astuce récurrente consistant à émettre une double facture. L’une pour les services et l’autre pour les matériaux n’est pas non plus autorisée si elles concernent le même travail.

Que se passe-t-il si je paie plus en espèces que ce qui est autorisé ?

La loi prévoit une amende de 25% du montant payé en espèces pour ceux qui dépassent cette limite. Le Trésor public peut l’appliquer aux deux parties. Ceci tant le payeur que le bénéficiaire de l’argent. C’est ce qu’explique un article de l’Organisation des consommateurs et des usagers (OCU).

Chacune des parties est : également exonérée de responsabilité si elle dénonce l’autre dans les trois mois suivant la transaction. En d’autres termes, elle obligera l’autre personne à payer l’amende, mais elle ne sera pas : obligée de le faire elle-même.

Cas particulier de paiement en espèce

Certaines précisions doivent être : prises en compte. Tout d’abord, la limite réglemente le montant total de la transaction, et que celui-ci ne peut être : fractionné. Autrement dit, prenons l’exemple d’une transaction qui porte sur 2 000 euros. Le payeur ne peut pas choisir de remettre 999 euros en espèces et 1 001 par un autre moyen. Tous les paiements doivent être : effectués par cet autre moyen.

D’autre part, la loi fait référence aux « espèces » pour des cas bien définit. Il s’agit en fait de tout moyen de paiement qui ne permet pas de prouver l’identité du payeur. Il s’agit donc des paiements en or ou autres métaux, les chèques de voyage, les chèques au porteur, etc. Et bien sûr aussi « son équivalent en monnaie étrangère », comme le stipule la loi.

La limite de 1 000 euros régit tous les paiements effectués depuis cette date. Y compris ceux correspondant à des transactions conclues avant la publication de la loi au Journal officiel.

Les alternatives aux paiements en espèces : quelles solutions existent ?

Si la limite de paiement en espèces peut paraître contraignante pour certains, il n’en demeure pas moins qu’elle vise à lutter contre certains fléaux, comme le blanchiment d’argent ou encore la fraude fiscale. Cette réglementation encourage les consommateurs et les commerçants à se tourner vers des moyens de paiement plus modernisés, qui présentent bien des avantages.

Parmi ces moyens de paiement alternatifs aux espèces, on retrouve notamment :
• La carte bancaire : depuis plusieurs années maintenant, ce moyen de paiement est très largement utilisé par les Français. À tel point que près d’un achat sur deux serait réglé avec une carte bancaire.
• Le chèque : même si son utilisation tend à diminuer au fil du temps (moins d’un Français sur cinq possédait un carnet de chèques en 2021), il reste toutefois un mode de paiement plafonnant plus haut que celui en liquide.
• Les applications mobiles telles que Paylib ou Apple Pay sont aussi entrées dans le quotidien des Français. Cette solution pratique permet un transfert rapide et sécurisé sans avoir besoin ni d’un terminal ni d’une carte. Les crypto-monnaies viennent compléter cette liste non exhaustive.

Aujourd’hui, grâce à l’avancée technologique au service des transactions financières, le paiement en espèces ne constitue plus la seule option possible. Cette règle peut être contraignante pour certains, mais elle permet d’encourager l’utilisation de moyens de paiement modernisés tout en renforçant la sécurité financière des transactions effectuées.

Comment éviter les fraudes et les arnaques lors de paiements en espèces ?

Le paiement en espèces peut être un moyen rapide et pratique de régler ses achats, mais il présente aussi des risques. Les fraudes et arnaques sont courantes lors des transactions en liquide, car l’argent est généralement anonyme et difficile à tracer. Pour éviter les problèmes lors d’un paiement en espèces, quelques précautions peuvent être prises.

La première chose à faire pour se protéger contre la fraude est d’être vigilant lorsque vous utilisez des billets importants. Effectivement, les grossistes ayant besoin de changer souvent de grandes sommes d’espèces ont tendance à vérifier chaque billet avant leur acceptation. De même, votre commerçant doit avoir une vigilance accrue aussi bien dans le contrôle que dans la remise de monnaie.

Il faut aussi prendre garde aux faux billets qui circulent sur le marché français depuis quelques années déjà. Ces derniers se ressemblent très fortement aux vrais billets ; cependant, ils présentent toutefois des différenciations subtiles qui permettent aux connaisseurs du domaine bancaire de les identifier facilement : filigrane manquant ou mal placé, par exemple.

Certains vendeurs peu scrupuleux peuvent profiter du fait que l’argent ne soit pas traçable pour vendre des articles contrefaits ou volés ou encore réclamer plus que ce qu’il n’est autorisé par la loi comme prix maximal pour un achat payé en espèces (2000€). Dans ces cas-là, il faut rester vigilant.

Il est toujours recommandé d’être attentif et vigilant lors des transactions en espèces, notamment lorsqu’il s’agit de grandes sommes. En respectant ces quelques précautions, vous pourrez profiter pleinement des avantages du paiement en espèces tout en évitant les arnaques et la fraude.