Immo

Comment négocier le prix de votre maison

Ça y est, vous avez trouvé la maison de vos rêves, mais son prix dépasse votre budget. Rassurez-vous : même si le propriétaire n’était pas si ouvert lors de la visite, vous pouvez toujours tenter une négociation. Sachez que dans le cadre d’une transaction immobilière, on a un prix plancher et un prix plafond. L’idéal serait donc que vous vous approchiez du prix plancher. Ces quelques centaines d’euros pourront vous permettre de faire quelques travaux ou de vous offrir de nouveaux meubles pour votre future maison. Découvrez quelques astuces pour négocier le prix de votre maison.

Affichez-vous sous votre meilleur jour

Pour convaincre le vendeur d’accepter votre offre, vous devez déjà déployer les gros moyens dès la première rencontre, notamment lors de la visite. Vous devez inspirer confiance pendant ces échanges avec le propriétaire. Vous devez lui donner envie de vous vendre. Pour ce faire, portez une tenue appropriée, soyez sociable et souriant. Si lors de la visite, il y a d’autres potentiels acheteurs, faites sortir ce petit plus qui pourra permettre au vendeur de vous remarquer. Évitez tout de même d’en faire trop ou de tomber dans le mensonge. À la suite de ceci, il ne sera pas si compliqué de négocier le prix affiché à la baisse.

A lire également : Le régime LMNP : avantages fiscaux et locatifs

Posez les bonnes questions

Pour vous faire remarquer, vous pouvez également sortir les bonnes questions. C’est également une manière d’avoir ses réponses. Vous pouvez par exemple questionner le propriétaire sur les raisons de cette vente. Il pourra vous expliquer sa situation et après ceci, vous pouvez glisser la fameuse question de « depuis quand le bien est-il en vente ? ». S’il est sur le marché depuis plus de six mois, il y a des chances que le vendeur accepte votre offre.

A voir aussi : Comment le crowdfunding immobilier peut-il vous aider à atteindre vos objectifs ?

Notez les petits défauts

Lors de la visite, ouvrez bien les yeux si le bien vous intéresse vraiment. Être observateur et attentif tournera à votre avantage lors de la négociation de prix. Mémorisez les petits défauts de la maison : oui, notez bien si la poignée de la porte est abîmée, si dans une pièce, la peinture s’effrite. Ce sont peut-être des détails, dites-vous, mais ce sont les arguments que vous pourrez utiliser pour faire baisser le prix.

Prenez votre temps

Ce n’est pas toujours la bonne stratégie, notamment si le bien est très convoité, mais si la maison n’a pas autant de succès, tentez le coup. Si le vendeur a refusé catégoriquement votre offre, ça ne sert à rien de le relancer le lendemain pour une nouvelle négociation. Laissez-lui quelques semaines et renseignez-vous de votre côté si le bien est toujours en vente. Si c’est le cas, faites-lui une nouvelle offre avec quelques centaines d’euros en plus. Il pourrait revoir sa décision.

Ne pressez pas le vendeur

Lors de la négociation, le vendeur peut vous demander sur la date à laquelle vous comptez prendre possession de la maison. Pour vous, la réponse est sans doute, le plus rapidement possible, mais pour convaincre le propriétaire, soyez flexible. Montrez-vous arrangeant, car c’est ce qui peut faire pencher la balance vers le prix plancher.